Le fonctionnement de la Commune

La Commune est proclamée le 28 mars 1871 à l'Hôtel de Ville. Dès le 29 mars les nouveaux élus se mettent au travail.

Le gouvernement communal est composé de dix commissions celles des finances, de la justice, de la sûreté générale, du travail et de l’échange, des subsistances, des relations extérieures, des services publics et de la commission exécutive permanente.

Les commissions assurent la tutelle des principales administrations. Elles collaborent avec de nombreuses organisations dont l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, le Comité des vingt arrondissements, les clubs, l’Association Internationale des Travailleurs, des syndicats, des associations.

Cette collaboration instaure une véritable démocratie qui permet au peuple de s’impliquer dans l’exercice du pouvoir. Une démocratie citoyenne directe, permettant la révocation à tout moment des élus, où le peuple n’abdique jamais sa souveraineté.

La Commune veille à ce que la justice soit accessible à tous. Les actes judiciaires deviennent gratuits. La garde à vue est limitée à 24 heures. Les prisons sont visitées.

La Commune va s’appuyer sur La fédération des artistes pour la réouverture des bibliothèques et des musées, et avec la fédération artistique elle organise des concerts populaires au profit des blessés, veuves et orphelins de la Garde nationale.

C’est dans les conditions difficiles d’une guerre civile, Paris est bombardé par les versaillais, que les membres de la Commune assurent leurs tâches d’élus : tenir leurs fonctions dans les mairies, prendre des mesures importantes que les Versaillais ne leur ont pas laissé le temps de mettre en  place. Ces mesures qui continuent de nous interpeler par leur modernité.

L'œuvre de la Commune Le 18 mars début de la Commune
En continuant à visiter ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies utile au bon fonctionnement du site et à des fins statistiques.
Voir plus